Au roi de Navarre

Mon second Roi, j’ai une haquenée
D’assez bon poil, mais vieille comme moi
A tout le moins ; long temps est qu’elle est née,
Dont elle est faible et son maître en émoi ;
La pauvre bête, aux signes que je voi,
Dit qu’à grand’peine ira jusqu’à Narbonne ;
Si vous voulez en donner une bonne,
Savez comment Marot l’acceptera ;
D’aussi bon coeur comme la sienne il donne
Au fin premier qui la demandera.

Epigrammes

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments