Du courage ?…

Du courage ? Mon âme éclate de douleur.

Cette vie me déchire. Je ne puis plus pleurer.

Qu’y a-t-il, qu’y a-t-il, qu’y a-t-il, dans mon cœur ?

Il est silencieux, terrible et déchiré.
Pourtant qu’avais-je fait que de fumer ma pipe

devant les doux enfants qui jouaient dans la rue ?

Un serrement affreux me casse la poitrine.

Je ne puis plus railler… C’est trop noir, trop aigu.
Ô toi que j’ai aimée, conduis-moi par la main

vers ce que les hommes ont appelé la mort,

et laisse, à tout jamais, sur le mortel chemin,

ton sourire clair comme un ciel d’azur dans l’eau.
L’espoir n’existe plus. C’était un mot d’enfance.

Souviens-toi de ta triste enfance et des oiseaux

qui te faisaient pleurer, tristes dans les barreaux

de la cage où ils piaillaient de souffrance.
Aimer. Aimer. Aimer. Abîmez-moi encore.

Je crève de pitié. C’est plus fort que la vie.

Je voudrais pleurer seul comme une mère douce

qui essuie avec son châle la tombe de son fils.

1897.

Voter pour ce poème!

Francis Jammes Apprenti Poète

Par Francis Jammes

Francis Jammes, né à Tournay le 2 décembre 1868 et mort à Hasparren le 1ᵉʳ novembre 1938, est un poète, romancier, dramaturge et critique français. Il passa la majeure partie de son existence dans le Béarn et le Pays basque, principales sources de son inspiration.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Dans l'univers des poèmes, chaque commentaire est une pépite de Proust. Partagez votre trésor.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

La brise émeut les rameaux bruns

Ecrit après la visite d’un bagne