Pour le premier ballet de monseigneur le Dauphin. Au roi Henri le grand

Voici de ton Etat la plus grande merveille,
Ce fils où ta vertu reluit si vivement ;
Approchetoi, mon prince, et vois le mouvement
Qu’en ce jeune Dauphin la musique réveille.

Qui témoigna jamais une si juste oreille
A remarquer des tons le divers changement ?
Qui jamais à les suivre eut tant de jugement,
Ou mesura ses pas d’une grâce pareille ?

Les esprits de la cour s’attachant par les yeux
A voir en cet objet un chefd’oeuvre des cieux,
Disent tous que la France est moins qu’il ne mérite ;

Mais moi que du futur Apollon avertit,
Je dis que sa grandeur n’aura point de limite,
Et que tout l’univers lui sera trop petit.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Sur l’affection de la vie

Je descends