La fille blonde

Au temps des senteurs
Et de l’alouette,
Fille joliette,
Aux vives couleurs,
En fraîche toilette,
Qui t’en vas seulette,
Narguant les railleurs,
Un matin de fête,
A travers l’herbette,
Faire ta cueillette
D’amour et de fleurs ; —
Blonde bachelette
Aux traits séducteurs,
Aux regards quêteurs,
Et pourtant discrète, —
Jeune oiseau rieur,
Hardi par candeur,
Qui cache sa peur
Sous un front moqueur,
Naïve coquette,
Avec l’air vainqueur,
Pauvre enfant simplette,
Veille sur ton cœur.
Gare à la défaite !
Gare à la conquête !
Loin est le bonheur,
Ô ma pâquerette,
Près est le malheur.
— En ta maisonnette
Reviens vers tes sœurs,
Reviens-y seulette,
Et crois-nous, fillette,
Gaîté d’amourette
Finit par des pleurs.
Crainte des douleurs,
Jeune bergerette,
Au temps des senteurs
Et de l’alouette,
Ris de la fleurette,
Ne souris qu’aux fleurs.

Voter pour ce poème!

Henri-Frédéric Amiel Apprenti Poète

Par Henri-Frédéric Amiel

Henri-Frédéric Amiel est un écrivain et philosophe suisse, auteur d'un journal intime exceptionnel tant par son volume que par la valeur et l'universalité de son message.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est le miroir de l'âme. Reflétez la vôtre dans nos commentaires, à la manière de Baudelaire.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

La double croissance

La fille brune