Belles fleurs, dont je voy ces jardins embellis

Belles fleurs, dont je voy ces jardins embellis,
Chastes Nymphes, l’Amour et le soin de l’Aurore,
Innocentes beautez que le Soleil adore,
Dont l’éclat rend la Terre et les Cieux embellis.

Allez rendre l’hommage au beau teint de Philis,
Nommezla vostre Reine, et confessez encore,
Qu’elle est plus éclattante et plus belle que Flore,
Lors qu’elle a plus d’oeillets, de roses, et de lis.

Quittez donc sans regret ces lieux et vos racines,
Pour voir une beauté, dont les graces divines,
Blessent les coeurs des Dieux d’inévitables coups ;

Et ne vous faschez point si vous mourez pour elle,
Aussibien la cruelle
Fera bientost mourir tout le monde apres vous.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Les corbeaux

Un peu devant que l’aube amenât la journée