Quand le clair Apollon tire son char des eaux

À sa Dame

Quand le clair Apollon tire son char des eaux,
Bridant ses grands coursiers sur le rivage more,
Le simulacre alors du noir fils de l’Aurore
Dans le temple thébain rend des sons tout nouveaux.

Mais sitôt que la nuit épand ses noirs nuaux*
Par le vague de l’air, Memnon alors déplore
Et se plaint de ne voir le soleil qu’il adore,
Comme étant le seul roi des plus luisants flambeaux.

Ainsi quand j’aperçois ces étoiles brillantes
Qui luisent sur ton front, belles, claires, ardentes,
Envoyer dessus moi leurs rayons bienheureux,

Je chante leur beauté, lors mon âme est joyeuse,
Mais privé de leurs rais et clarté lumineuse,
Las ! je deviens muet, aveugle, et froidureux.

(*) nuages

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Isaac Habert

Poemes Isaac Habert - Découvrez les œuvres poétiques de Isaac Habert

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Votre commentaire est une perle dans notre océan de vers. Plongez avec élégance.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Compagne savoureuse et bonne

Mélodie