Elle était venue

Elle était venue sur les marches tièdes

Et s’était assise.
Sa tête gentille était inclinée

Un peu de côté ;
Ses mains réunies étaient endormies

Au creux de la jupe ;
Et elle croisait ses jambes devant elle,

L’un des pieds menus pointant vers le ciel.
Il dut le frôler, ce pied, pour passer

Et il dut la voir.
Il vit son poignet qui donnait envie

D’être à côté d’elle dans les farandoles

Où l’on est tiré, où il faut qu’on tire

Plus qu’on n’oserait…
Et il vit la ligne de son épaule

Qui donnait envie de l’envelopper

Dans un tendre châle.
Mais le désir lui vint de regarder sa bouche

Et ce fut le départ de tout.

Mais le besoin lui vint de rencontrer ses yeux

Et ce fut la cause de tout.

Voter pour ce poème!

Charles Vildrac Apprenti Poète

Par Charles Vildrac

Charles Vildrac, né Charles Messager le 22 novembre 1882 dans le 5e arrondissement de Paris et mort le 25 juin 1971 à Saint-Tropez, est un poète, dramaturge et pédagogue libertaire français[1]. Il fonda avec Georges Duhamel le groupe de l'Abbaye, une expérience communautaire en bord de Marne ouverte aux artistes (1906-1908).

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie se renouvelle avec chaque commentaire. Soyez le souffle de la renaissance.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Ève pleurait. Ses mains cachaient sa tête pâle

éphémérides