Alix prisonnière

Épigramme.

Alix, qu’on traînait prisonnière,
À sa mère dit sans rougir :
« Cessez de pleurer tant, ma mère,
Je me ferais bien élargir. »

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments