Cependant le soleil fournissant sa journée

Cependant le soleil fournissant sa journée
Voit son maître à la croix de tourments foisonné,
Ja prêt à rendre l’âme : il blêmit étonné,
Et volontiers sa course eût ailleurs détourné.

Il se fâche de voir sa tête environnée
D’un brillant diadème, et dit passionné :
Doisje voir de rayons ma tête couronnée,
Voyant mon Créateur d’épines couronné ?

À ces mots il arrache avecque violence
Sa flambante couronne, et dépité l’élance
Dans les abîmes creux ; soudain le jour s’enfuit.

Ô comme tu sers bien, ô soleil, ce bon maître :
Tu fis naître un beau jour la nuit qui le vit naître,
Et ce jour qu’il se meurt tu fais naître une nuit.

(Sonnet LXV)

Théorèmes

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Quand le soir est tombé dans la chambre quiète

Toi, pour qui les dieux du mystère