Portée disparue

Portée disparue,
Ma soeur des longs roseaux
Ma soeur des flûtes d’eau.
Large est le tamaris
Les algues allongées
Le cyste et la langueur
De ton ombre démesurée
Qui donne à voir la flêche
Du temps, la grotte où parle
Le râle des soirs de danse.
Et le ressac à ton épaule
D’une main dévoyée,
Loin dans les hivers de brume
Loin et qui n’en dort plus.
Il faudrait pouvoir les prendre
Tous comme on effeuille un annuaire.
Et quand tu t’inclines,
Je vois une couronne qui brille sur ton front.
On m’a dit que tu n’as plus de larmes
Ma soeur, et ton nom même a disparu
Quand on a arraché le lierre.

Voter pour ce poème!

Jean Joubert Apprenti Poète

Par Jean Joubert

Jean Joubert, né le 27 février 1928 à Châlette-sur-Loing (Loiret) et mort le 28 novembre 2015 à Montpellier, est un poète et romancier français. Il a beaucoup écrit d'ouvrages, notamment de la littérature d'enfance et de jeunesse.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est une danse de l'âme. Enchaînez vos mots, comme un poème de Nijinsky, et dansez avec nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Il y a dans chaque enfant

Les branches se saluent