Le petit homme au menton pointu

Le petit homme
au menton pointu
mange un biscuit
et remplit l’air
d’une odeur de fumée de fumier
Il parle avec son voisin
de ses voyages d’affaires
en Asie et en Europe
Il ne dit jamais « je veux »
ce qui est rare
pour quelqu’un qui regarde souvent ses pieds
Mais de toute façon on s’en fout
car comme d’habitude
l’heure avance
comme son histoire
C’est dur de raconter une histoire
qui n’avance pas
qui fait l’inverse
On dit qu’une histoire qui recule
finit presque toujours par avancer
Mais en marche arrière

Jules Delavigne, 2009

Voter pour ce poème!

UN AVIS, CRITIQUE OU ANALYSE

LAISSER VOS CRITIQUES, ANALYSES ET AVIS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faux et usage de faux

Stances élégiaques