La prison

Comme les hauts piliers des vieilles cathédrales,
Ô rêves de mon coeur, vous montez ! Et je vois
L’ancien encens encore endormir ses spirales
A l’ombre de vos nefs, ô rêves d’autrefois !

Comme un orgue dompté par des mains magistrales,
Ô ma longue douleur ! Je t’écoute ; et ta voix
Murmure encor l’écho des plaintes et des râles
Que j’ai depuis longtemps étouffés sous mes doigts !

Allons ! Prêtre enfermé qui saignas sous l’insulte,
N’astu pas renié ton église et ton culte,
Et brisé l’encensoir aux murs de ta prison ?

Debout ! étends les bras sans fermer les paupières !
Qu’ils croulent, ces arceaux dont tu sculptas les pierres,
Dût leur poids t’écraser du coup, comme Samson !

Poëmes et poésies

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments