Les djerbiennes

Inspire-moi, Tanit la Tendre, Tanit la Tunisienne,

Quand je chante les Djerbiennes au rythme des tam-tams et tabalas.

Les voilà entrant dans la danse, vases sveltes, un vase sur la tête altière.

Les voilà longues lisses, les Djerbiennes à la tête d’or

Et les hauts dieux d’ébène pour rythmer leurs pas.

Les tam-tams dansent et les tabalas, les tam-tams sous les mains d’ébène dur.

Les voici de soie fine, les Djerbiennes, soyeuses et souples

Et déroulant rythmée leur fuite frissonnante, gracieuse.

Et montent les hosannahs dans la nuit bleue étoilée.

Voter pour ce poème!

Léopold Sédar Senghor Apprenti Poète

Par Léopold Sédar Senghor

Léopold Sédar Senghor, né le 9 octobre 1906 à Joal, au Sénégal et mort le 20 décembre 2001 à Verson, en France, est un poète, écrivain, homme d'État français, puis sénégalais et premier président de la République du Sénégal et il fut aussi le premier Africain à siéger à l'Académie française.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie, c'est l'art de l'âme. Venez, comme Guillaume Apollinaire, exprimer la vôtre en commentant.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

La retraite

Ils sont venus te chercher