Comme je passais

Comme je passais rue Fontaine,

Un plaintif air de jazz

Est sorti en titubant,

Ébloui par le jour,

Et m’a chuchoté sa confidence

Discrètement

Comme je passais tout devant

La Cabane cubaine.

Un parfum pénétrant de Négresse

L’accompagnait.
Voilà des nuits,

Voilà bien des jours au sommeil absent.

Réveillés en moi les horizons que je croyais défunts.

Et je saute de mon lit tout à coup, comme un buffle

Mufle haut levé, jambes écartées,
Comme un buffle humant, dans le vent

Et la douceur modulée de la flûte polie,

La bonne odeur de l’eau sous les dakhars

Et celle, plus riche de promesses, des moissons mûres

Par les rizières.

Voter pour ce poème!

Léopold Sédar Senghor Apprenti Poète

Par Léopold Sédar Senghor

Léopold Sédar Senghor, né le 9 octobre 1906 à Joal, au Sénégal et mort le 20 décembre 2001 à Verson, en France, est un poète, écrivain, homme d'État français, puis sénégalais et premier président de la République du Sénégal et il fut aussi le premier Africain à siéger à l'Académie française.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie se nourrit de vos réflexions. Laissez un peu de vous sur nos pages.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Pour mieux aimer à irène hamoir

L’hiver qui vient