Le pacha et le dervis

Un arabe à Marseille autrefois m’a conté
Qu’un pacha turc dans sa patrie
Vint porter certain jour un coffret cacheté
Au plus sage dervis qui fût en Arabie.
Ce coffret, lui dit-il, renferme des rubis,
Des diamants d’un très grand prix :
C’est un présent que je veux faire
À l’homme que tu jugeras
Être le plus fou de la terre.
Cherche bien, tu le trouveras.
Muni de son coffret, notre bon solitaire
S’en va courir le monde. Avait-il donc besoin
D’aller loin ?
L’embarras de choisir était sa grande affaire :
Des fous toujours plus fous venaient de toutes parts
Se présenter à ses regards.
Notre pauvre dépositaire
Pour l’offrir à chacun saisissait le coffret :
Mais un pressentiment secret
Lui conseillait de n’en rien faire,
L’assurait qu’il trouverait mieux.
Errant ainsi de lieux en lieux,
Embarrassé de son message,
Enfin, après un long voyage,
Notre homme et le coffret arrivent un matin
Dans la ville de Constantin.
Il trouve tout le peuple en joie :
Que s’est-il donc passé ? Rien, lui dit un iman ;
C’est notre grand vizir que le sultan envoie,
Au moyen d’un lacet de soie,
Porter au prophète un firman.
Le peuple rit toujours de ces sortes d’affaires ;
Et, comme ce sont des misères,
Notre empereur souvent lui donne ce plaisir.
– Souvent ? – Oui. – C’est fort bien ; votre nouveau vizir
Est-il nommé ? – Sans doute : et le voilà qui passe.
Le dervis, à ces mots, court, traverse la place,
Arrive, et reconnaît le pacha son ami.
Bon ! Te voilà ! Dit celui-ci :
Et le coffret ? – Seigneur, j’ai parcouru l’Asie ;
J’ai vu des fous parfaits, mais sans oser choisir :
Aujourd’hui ma course est finie ;
Daignez l’accepter, grand vizir.

0

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

La lampe du poète

Jupiter et Minos