Taga de Mbaye Dyôb (pour un tama)

Mbaye Dyôb ! je veux dire ton nom et ton honneur.
Dyôb ! le veux hisser ton nom au haut mât du retour,

Je veux chanter ton nom Dyôbène ! toi qui m’appelais ton maître et

sonner ton nom comme la cloche qui chante la victoire

Me réchauffais de ta ferveur aux soirs d’hiver

autour du poêle rouge qui donnait froid.

Dyôb ! qui ne sais remonter ta généalogie et domestiquer le temps noir,

dont les ancêtres ne sont pas rythmés par la voix du tama

Toi qui n’as tué un lapin, qui t’es terré sous les bombes des grands vautours

Dyôb ! — qui n’es ni capitaine ni aviateur ni cavalier pétaradant,

pas seulement du train des équipages

Mais soldat de deuxième classe au Quatrième Régiment des Tirailleurs sénégalais

Dyôb ! — je veux chanter ton honneur blanc.
Les vierges du Gandyol te feront un arc de triomphe

de leurs bras courbes, de leurs bras d’argent et d’or rouge

Te feront une voie de gloire avec leurs pagnes rares des Rivières du Sud.

Lors elles te feront un collier d’ivoire de leurs bouches

qui parent plus que manteau royal

Lors elles berceront ta marche,

leurs voix se mêleront aux vagues de la mer

Lors elles chanteront : « Tu as bravé plus que la mort,

plus que les tanks et les avions qui sont rebelles aux sortilèges

« Tu as bravé la faim, tu as bravé le froid et l’humiliation du captif .

« Oh ! téméraire, tu as été le marchepied des griots des bouffons

« Oh ! toi qui ajoutas quels clous à ton, calvaire pour ne pas déserter tes compagnons

« Pour ne pas rompre le pacte tacite

« Pour ne pas laisser ton fardeau aux camarades, dont les dos ploient à tout départ

« Dont les bras s’alanguissent chaque soir où l’on serre une main de moins

« Et le front devient plus noir d’être éclairé par un regard de moins

« Les yeux s’enfoncent quand s’y reflète un sourire de moins.

Dyôb ! — du Ngâbou au Wâlo, du Ngalam,

à la mer s’élèveront les chants des vierges d’ambre

Et que les accompagnent les cordes des kôras !

Et que les accompagnent les vagues et les vents !

Dyôb ! — je dis ton nom et ton honneur.

Voter pour ce poème!

Léopold Sédar Senghor Apprenti Poète

Par Léopold Sédar Senghor

Léopold Sédar Senghor, né le 9 octobre 1906 à Joal, au Sénégal et mort le 20 décembre 2001 à Verson, en France, est un poète, écrivain, homme d'État français, puis sénégalais et premier président de la République du Sénégal et il fut aussi le premier Africain à siéger à l'Académie française.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est une page de l'histoire poétique de notre forum. Écrivez votre chapitre, tel un Camus des vers.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Les collaborateurs

À Zélie