Au Roi, après l’attentat de Meunier

Prince, les assassins consacrent ta puissance.
Ils forcent Dieu luimême à nous montrer sa main.
Par droit d’élection tu régnais sur la France;
La balle et le poignard te font un droit divin.

De ceux dont le hasard couronna la naissance,
Nous en savons plusieurs qui sont sacrés en vain.
Toi, tu l’es par le peuple et par la Providence;
Souris au parricide et poursuis ton chemin.

Mais sois prudent, Philippe, et songe à la patrie,
Ta pensée est son bien, ton corps son bouclier;
Sur toi, comme sur elle, il est temps de veiller.

Ferme un immense abîme et conserve ta vie.
Défendonsnous ensemble, et laissonsnous le temps
De vieillir, toi pour nous, et nous pour tes enfants

Poésies nouvelles

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

GIPHY App Key not set. Please check settings

Feuillet d’album

Plutôt seront Rhône et Saône disjoints