Fille de la clarté, Muse aux regards vermeils…

Fille de la clarté, Muse aux regards vermeils,

Ouvre les yeux. Que font dans l’éther les soleils ?

Ils gravitent. Que fait l’Océan vaste ? Il broie

Les navires de l’homme en rugissant de joie.

Et le tonnerre ? Il gronde. Et l’aigle immense ? Il fond

Sur la brebis, du haut du ciel clair et profond,

Et l’emporte à son aire. Et le lion ? Il plante

Ses fortes dents parmi la chair vive et sanglante.

Et le doux rossignol ? Blessé cruellement

Par sa fleur, il la chante avec ravissement

Et retourne au buisson d’épines. Et la rose,

Que fait-elle du flot d’ambroisie ? Elle arrose

La terre de parfums et les grands cœurs d’amour.

Et le penseur ? Il vient à la clarté du jour

Pour secouer devant la foule intimidée

Ton glaive de lumière, inexorable Idée !

Et le poëte auguste ? Il tourne son flambeau

Vers la Beauté, sa foi, qu’on a mise au tombeau,
Et se penchant sur elle avec mélancolie,

Il relève en pleurant cette image avilie.

Et l’impuissant, ô Muse ? Il vit, fier de railler

Et de mentir. C’est bien, Muse, allons travailler.
Février 1856.

Voter pour ce poème!

Théodore de Banville Apprenti Poète

Par Théodore de Banville

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du bonheur ».

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est une page de l'histoire poétique de notre forum. Écrivez votre chapitre, tel un Camus des vers.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

La grand’mère

Le vent d’autrefois