Repos

Je disais, en pressant le pas:

Que font ces Amours sans vergogne?

En somme, il ne me semble pas

Qu’ils accomplissent leur besogne.
Ils méritent des mauvais points.

Hypnotisés par sa caresse,

Dorment-ils, en fermant leurs poings,

Sur le doux sein de la Paresse?
Certes, je les vois compromis;

Leur activité se repose.

Depuis deux jours, ils n’ont pas mis

De flammes dans les yeux de Rose.
Luce, dont les jeunes attraits

Étaient cause de tant de fièvres,

Depuis deux jours n’a plus de traits

Meurtriers aux coins de ses lèvres.
On danse en vain sous les mûriers:

C’est fini du rire et des charmes.

A quoi servent ces armuriers,

Puisqu’ils ne fabriquent plus d’armes?
Tel, sévère pour le bandit,

Je blâmais les Amours frivoles.

Mais il sont venus et m’ont dit:

Prenez des airs plus bénévoles.
Il est vrai que, depuis un temps,

Sagement nous nous reposâmes.

Comme nous faisions au printemps,

Nous ne tourmentons plus les âmes.
Toutefois, nous reconnaissons

Que vous êtes bon guitariste,

Habile à gratter des chansons.

Mais enfin, il serait fort triste,
Monsieur, que vous altérassiez

La vérité, dans quelque rêve.

De même que les terrassiers,

Nous, Amours, nous sommes en grève.
18 août 1888.

Voter pour ce poème!

Théodore de Banville Apprenti Poète

Par Théodore de Banville

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du bonheur ».

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est le reflet de l'âme. Laissez votre reflet briller ici.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Ouy, c’est un Pedant, c’est un sot

Jocrisse