Si onc j’eus droit, or j’en ay de me plaindre

Si onc j’eus droit, or j’en ay de me plaindre :
Car qui voudroit que je fusse content
Estant loing d’elle ? Et je ne sçay pourtant,
En estant pres, si mon mal seroit moindre.

Ou pres, ou loing, le mal me vient atteindre ;
J’ay beau fuir, en tous lieux il m’attend
Pres, un vif mal ; et puis, loing d’elle estant,
Une langueur, autant ou plus à craindre.

Ô fier Amour, que tu as long le bras,
Puis qu’en fuyant on ne l’evite pas !
Puis qu’il te plaist, helas, je suis tesmoing,

Puis qu’à mon dam il t’a pleu que le sente,
Que ta main a, d’une arme non contente,
Le feu de pres, et les flesches de loing.

Vers françois

Voter pour ce poème!

Etienne De La Boetie Apprenti Poète

Par Etienne De La Boetie

Étienne de La Boétie est un écrivain humaniste et un poète français, né le 1ᵉʳ novembre 1530 à Sarlat et mort le 18 août 1563 à Germignan, dans la commune du Taillan-Médoc, près de Bordeaux. La Boétie est célèbre pour son Discours de la servitude volontaire.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est le miroir de l'âme. Reflétez la vôtre dans nos commentaires, à la manière de Baudelaire.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Le soir

Ah ! ce n’est pas la peine…