Pourquoi

Pourquoi battre le rappel

Du jazz imagination

De la bamboula des paroles

Au clair de ma jeunesse ?
Renvoyons l’harmonie tumultueuse des hanches,

La frénésie des seins bondissant et bramant

À travers les forêts parfumées,

Renvoyons les longs jours titubants, ivres de vin.
Pauvre convalescent,

Dévêtons-nous de violence.

Seulement un peu d’air vert et vif

Et léger, comme une mousseline

Autour de nous, n’est-ce pas ?

Et le repos tranquille,

Calme,

Sous le tiède soleil d’une affection sororale.

Voter pour ce poème!

Léopold Sédar Senghor Apprenti Poète

Par Léopold Sédar Senghor

Léopold Sédar Senghor, né le 9 octobre 1906 à Joal, au Sénégal et mort le 20 décembre 2001 à Verson, en France, est un poète, écrivain, homme d'État français, puis sénégalais et premier président de la République du Sénégal et il fut aussi le premier Africain à siéger à l'Académie française.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Votre plume est une baguette magique. Faites de notre forum un lieu enchanté, à la manière de Cocteau.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Chacun sa Part

Je m’embête…