dans

Le jour et la nuit

Le jour et la nuit

Lorsque l’astre du jour s’enfuit à l’horizon

Que les ombres s’allongent autour de la maison,

C’est entre chien et loup, à ce moment précis

Que prend fin le combat du jour et de la nuit.

 

Là ! Je ferme les yeux, une minute intense,

Un moment délicieux quand règne le silence;

Ça ne dure qu’un instant, la vie repartira

Quand à l’orée du bois, la chouette hululera.

 

Le monde de l’obscur, tout doucement, s’éveille,

Celui de la clarté lentement s’ensommeille.

Je rouvre les paupières, je regarde le ciel,

Les étoiles scintillent comme de mini-soleils.

 

Fidèle chaque soir, Vénus est la première

Et au petit matin s’éteindra la dernière.

Étoile du berger, planète de l’amour,

Tu nous guides la nuit, nous enchantes le jour.

 

Les chiens aboient au loin, tout près de la forêt,

Les trolls et les lutins s’activent dans les genêts,

Sorcières, farfadets préparent le sabbat;

Il ne ferait pas bon d’aller rôder par là.

 

Las, je vais me coucher, un regard à la lune,

Je vais rêver de gloire, d’amour et de fortune,

Ou rester éveillé, ne pas rêver du tout,

J’irais peut-être alors, hurler avec les loups.

Melaine

 

 

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments