dans

Civilisation perdue

Civilisation perdue…

 

Dans ses derniers râles, elle est

À tenter, un bout de destin, arracher

Pour le regard des aveugles voiler.

Pourquoi ne regarder que demain ?

Alors que s’approche la fin du chagrin !

Pourquoi n’ouïr ce qu’on entend enfin ?

Alors que gronde l’écho du temps 

Quand on partage les restes d’avant,

Des enfants n’ont que miettes de l’instant.

Elle n’est plus qu’apparence,

Un festin qui pue trop la rance

Un égoïste refrain qui ne se dance.

Ouïs tous ce ailés disparus !

La rivière où la vie s’est tu !

L’être, se disant, n’a plus aucune vertu.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments