Épitaphe

(Épitaphe de la mère de l’auteur.)

Épouse d’un mari doux, simple, officieux,
Par la même douceur je sus plaire à ses yeux :
Nous ne sûmes jamais ni railler ni médire.
Passant, ne t’enquiers point si de cette bonté

Tous mes enfants ont hérité ;
Lis seulement ces vers, et garde-toi d’écrire.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments