01 – Corps de femme, blanches collines, cuisses blanches…

Corps de femme, blanches collines, cuisses blanches,

l’attitude du don te rend pareil au monde.

Mon corps de laboureur sauvage, de son soc

a fait jaillir le fils du profond de la terre.
je fus comme un tunnel. Déserté des oiseaux,

la nuit m’envahissait de toute sa puissance.

pour survivre j’ai dû te forger comme une arme

et tu es la flèche à mon arc, tu es la pierre dans ma fronde.
Mais passe l’heure de la vengeance, et je t’aime.

Corps de peau et de mousse, de lait avide et ferme.

Ah! le vase des seins! Ah! les yeux de l’absence!

ah! roses du pubis! ah! ta voix lente et triste!
Corps de femme, je persisterai dans ta grâce.

Ô soif, désir illimité, chemin sans but!

Courants obscurs où coule une soif éternelle

et la fatigue y coule, et l’infinie douleur.

Voter pour ce poème!

Pablo Neruda Apprenti Poète

Par Pablo Neruda

Pablo Neruda, nom de plume de Ricardo Eliécer Neftalí Reyes-Basoalto, né le 12 juillet 1904 à Parral et mort le 23 septembre 1973 à Santiago du Chili, est un poète, écrivain, diplomate, homme politique et penseur chilien

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est un voyage dans notre univers. Partez à l'aventure avec nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

L’Opéra turc

Après les vents, après le triste orage