Pablo Picasso

Les armes du sommeil ont creusé dans la nuit

Les sillons merveilleux qui séparent nos têtes.

à travers le diamant, toute médaille est fausse,

Sous le ciel éclatant, la terre est invisible.
Le visage du cour a perdu ses couleurs

et le soleil nous cherche et la mer est aveugle.

Si nous l’abandonnons, l’horizon a des ailes

Et nos regards au loin dissipent les erreurs.

Paul Eluard
Art

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments