Si j’aime cil, que je devrais haïr

Si j’aime cil, que je devrais haïr,
Et hais celui, que je devrais aimer,
L’on ne s’en doit autrement ebahir,
Et ne m’en dût aucun en rien blâmer.

Car de celui le bien dois estimer,
Et si me fuit, comme sa non semblable :
Mais de celuici le plaisir trop damnable
M’ôte le droit par la Loi maintenu.

Voilà pourquoi je me sens redevable,
A celuilà, qui m’est le moins tenu.

(Rymes XXXV)

Recueil : Rymes

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments