Marchands, qui recherchez tout le rivage more

Marchands, qui recherchez tout le rivage more
Du froid Septentrion et qui, sans reposer,
À cent mille dangers vous allez exposer
Pour un gain incertain, qui vos esprits dévore,

Venez seulement voir la beauté que j’adore,
Et par quelle richesse elle a su m’attiser :
Et je suis sûr qu’après, vous ne pourrez priser
Le plus rare trésor dont l’Afrique se dore.

Voyez les filets d’or de ce chef blondissant,
L’éclat de ces rubis, ce corail rougissant,
Ce cristal, cette ébène, et ces grâces divines,

Cet argent, cet ivoire ; et ne vous contentez
Qu’on ne vous montre encor mille autres raretés,
Mille beaux diamants et mille perles fines

(XXXII)

Les amours de Diane

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

A travers les soupirs, les plaintes et le râle

C’est a saint-paul de vence…