Un ivoire vivant, une neige animée

Un ivoire vivant, une neige animée,
Fait que mon oeil ravi ne s’en peut retirer.
Ô main victorieuse, apprise à bien tirer,
Que tu m’as de beaux traits la poitrine entamée !

Aux célestes beautés mon âme accoutumée
Ne trouve objet que toi qui la puisse attirer,
Et croit qu’elle te peut sans offense adorer,
Tant elle est de ta glace à toute heure enflammée.

Le jour dont si souvent j’aime à me souvenir,
Jour qu’il te plut mes yeux et mon coeur retenir,
Et de leur servitude embellir la victoire,

Tu rompis tant de noeuds qui m’avaient su lier,
Et me faisant dès lors toute chose oublier,
Tu fus mon seul penser, mon âme et ma mémoire.

Recueil : Cléonice

Voter pour ce poème!

Philippe Desportes Apprenti Poète

Par Philippe Desportes

Philippe Desportes, né à Chartres en 1546 et mort à l'abbaye Notre-Dame de Bonport le 5 octobre 1606, est un poète baroque français. Surnommé le « Tibulle français » pour la douceur et la facilité de ses vers, il fut abbé de Tiron, lecteur de la chambre du Roi et conseiller d'État.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Vos mots ont le pouvoir de réveiller l'esprit, tel un élixir de Voltaire. Osez commenter.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

J’allai à Lourdes…

L’hirondelle