L’hirondelle

« Je n’irai plus aux bois

d’Afrique

Où dansent tous les rois

de pique. »
La dernière hirondelle

se meurt

Elle bat de ses ailes

son cœur.

Du fil télégraphique

désert

Où tremble une musique

d’hiver

Elle crie et appelle

ses sœurs :

« Au secours hirondelles

j’ai peur. »

Mais sa voix trop petite

se perd

Dans le vent qui agite

la mer.

Elle entend un message

d’amant

Passer en son plumage

mourant.

La parole est oiseau

comme elle

Qui pose au manteau

des belles.

« Ton Paul t’aime et t’adore

toujours,

Il pense à nos aurores

d’amour. »

Ah ! beau ciel de paroles

rempli

Toutes les bouches volent

la nuit.

Paupières de voyage

en pleurs

Elle prend le message

et meurt.

Orages de tendresse

l’oiseau

Se console ou se blesse

aux mots.

La dernière hirondelle

est là

Inerte sous son aile

qui bat.
Et moi je suis debout à la fenêtre

Je vois l’hirondelle à terre et pourtant

Je ne pense qu’à celui que j’attends

Celui qui m’aime et me dira peut-être :
« Viens avec moi aux bois

d’Afrique

Où dansent tous les rois

de pique. »
1939

Voter pour ce poème!

Louise de Vilmorin Apprenti Poète

Par Louise de Vilmorin

Louise de Vilmorin, de son nom complet Louise Levêque de Vilmorin, est une femme de lettres française, née le 4 avril 1902 à Verrières-le-Buisson, où elle est morte le 26 décembre 1969. Elle était parfois surnommée « Madame de », en référence à son roman à succès porté au grand écran.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Laissez un peu de votre âme dans nos vers. Votre commentaire compte.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Un ivoire vivant, une neige animée

L’été envieu