Du Sommet

Dans la rue ce sont avec la couleur du sang sous le
ciel large et bas les pavés luisants qui remontent
La rue est divisée en cadres blancs où chaque homme
marque son pas où la pluie joue aux dames avec
les grosses gouttes de l’orage
les gouttes de l’été dernier

Mais là-haut le paysage est balayé par l’air

Le vent circule dans les veines

Les artères du grand concert

La palissade tourne à l’aigre

Tout devient plus grand vers la mer

L’espace dans le bas se remplit de maisons

Le ciel se gonfle de nuages
Et ma tête circule du centre aux quatre coins
La planche sur ses ailes
Ma tête prend le mouvement
Et dirige la manivelle

De l’orgue sourd de l’atmosphère

Qui ronfle là-haut sur les pierres

Au gré du vent

Pierre Reverdy

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments