Honteux a Voir

Il serait bien monté sur le mur qui longeait la route, un mur couvert de mousse, en pente. Mais ses guêtres! ses guêtres qui l’en empêchaient à cause des gens et des

épines!
Pourtant les chiens grognaient plus fort et il avait déjà brisé sa canne. Alors le long du mur inaccessible il se mit à courir et, tournant dans la petite rue déserte,

il se sauva.

Pierre Reverdy

Voter pour ce poème!

Après avoir lu ce poème, tu dois être plein d'émotions et de pensées. Ne les laisse pas se perdre! Partage-les dans un commentaire!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments