Variations

Il faisait un beau clair de lune dans les cieux,

Et j’errais tristement, poursuivi par les yeux

De la brillante lune à la face pâlie.

Mais, voulant savourer jusqu’au bout la folie

Et l’ivresse du clair de lune, je montai

Chez Raoul, dont les doigts sont pleins d’agilité

Lorsque le violon chante près de sa joue,

Et je lui dis: Fais-moi de la musique. Joue

Des variations sur l’air: Au clair de la

Lune. Au bout d’un instant, le violon parla

Mystérieusement, tandis que la caresse

De la lune venait bercer notre paresse

Et tressait le collier de nos rêves, selon

Son caprice. Oh! disait la voix du violon,

Colombine, mon coeur, viens, au clair de la lune

Qui brille dans l’azur céleste, comme l’une

De tes soeurs! Viens errer tous deux, au clair de la

Lune. Allons-nous-en, seuls et charmés, par delà

Ces jardins frémissants où la lumière argente

L’étang poli, glacé d’une moire changeante.

Allons-nous-en bien loin, mon amoureuse, au clair

De la lune. L’éclair divin, le doux éclair

De tes yeux d’or, qui fait ma joie et mon désastre,

Brillera dans la nuit sereine, comme un astre,

Et je me pencherai pour baiser tes bras, au

Clair de la lune! Ainsi qu’un flexible roseau,

Quand les parfums du soir empliront ta narine,

Ton corps svelte et charmant ploiera sur ma poitrine.

Une haleine de rose est éparse dans l’air,

Et le délicieux rossignol chante, au clair

De la lune. Ote un peu ton masque de théâtre;

Sous les rayons pensifs de la lune folâtre

Laisse-moi voir ton front de lys, que modela

Pour moi le fol Amour, et viens, au clair de la

Lune. Allons vers Cythère ou bien vers Pampelune,

A travers la forêt bleue, au clair de la lune!

Février 1881.

Voter pour ce poème!

Théodore de Banville Apprenti Poète

Par Théodore de Banville

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du bonheur ».

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Laissez l'encre de vos pensées couler sur nos pages virtuelles. Écrivez avec passion.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Glycère

Ceux qui meurent et Ceux qui combattent – VI. Nostalgie