Paris Prévu

Il y a parfois dans la ville ceux qui ne bougent plus entre les murs noircis comme des pages pleines

Le cadre illuminé passant sur les trottoirs

Dans ce paysage parisien roux à l’heure où on n’allume pas encore les vitrines
Il y a tous ceux qui passent feuilles et gens

Sur le fond du jardin bien rangé sous le ciel

A droite les belles rues

A gauche le grand fleuve

Ceux qui ne bougent pas et qui parlent sur la terrasse
dallée près de la balustrade noire au reflet vert

La ville tourne autour de l’obélisque et la province regarde les images

Les images en relief et en couleurs

Il y a au fond de l’air cette algue majuscule
Cette tête nue sous les éclairs

Cette figure précise plus fine et plus réelle qui se détache en clair
Sur le brouillard

Pierre Reverdy
Lieux

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments