Toujours Seul

La fumée vient-elle de leurs cheminées ou de vos pipes? J’ai préféré le coin le plus aigu de cette chambre pour être seul ; et la fenêtre d’en face s’est

ouverte. Viendra-t-elle?
Dans la rue où nos bras jettent un pont, personne n’a levé les yeux, et les maisons s’inclinent.
Quand les toits se touchent on n’ose plus parler. On a peur de tous les cris, les cheminées s’éteignent. Il fait si noir.

Pierre Reverdy

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments