Toujours Seul

La fumée vient-elle de leurs cheminées ou de vos pipes? J’ai préféré le coin le plus aigu de cette chambre pour être seul ; et la fenêtre d’en face s’est

ouverte. Viendra-t-elle?
Dans la rue où nos bras jettent un pont, personne n’a levé les yeux, et les maisons s’inclinent.
Quand les toits se touchent on n’ose plus parler. On a peur de tous les cris, les cheminées s’éteignent. Il fait si noir.

Pierre Reverdy

Voter pour ce poème!

Je sais que vous avez adoré ce poème, alors pourquoi ne pas me le dire en laissant un commentaire? Je vous en serais tellement reconnaissant!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments