Vieux Port

Un pas de plus vers le lac, sur les quais, devant la porte éclairée de la taverne.
Le matelot chante contre le mur, la femme chante. Les bateaux se balancent, les navires tirent un peu plus sur la chaîne. Au dedans il y a les paysages profonds dessinés sur la glace;

les nuages sont dans la salle et la chaleur du ciel et le bruit de la mer. Toutes les aventures vagues les écartent. L’eau et la nuit sont dehors qui attendent. Bientôt le moment

viendra de sortir. Le port s’allonge, le bras se tend vers un autre climat, tous les cadres sont pleins de souvenirs, les rues qui penchent, les toits qui vont dormir.
Et pourtant tout est toujours debout prêt à partir.

Pierre Reverdy
Vieillesse

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments