Oh la toujours plus rase solitude

Oh la toujours plus rase solitude 

Des larmes qui montent aux cimes. 

 

Quand se déclare la débâcle 

Et qu’un vieil aigle sans pouvoir 

Voit revenir son assurance, 

Le bonheur s’élance à son tour, 

À flanc d’abîme les rattrape. 

 

Chasseur rival, tu n’as rien appris, 

Toi qui sans hâte me dépasses 

Dans la mort que je contredis.

Voter pour ce poème!

Nous vous implorons de laisser un commentaire. Nous avons besoin de votre validation pour continuer à exister.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments