À Kant

Sonnet.

Je veux de songe en songe avec toi fuir sans trêve
Le sol avare et froid de la réalité :
Le rêve offre toujours une hospitalité
Sereine et merveilleuse à l’âme qu’il soulève.

Et, tu l’as dit, ce monde, après tout, n’est qu’un rêve,
Fantôme insaisissable à qui l’a médité,
Apparence cruelle et sans solidité
Où l’idéal s’ébauche et jamais ne s’achève.

Chaque sens fait un rêve : harmonie et parfum,
Saveur, couleur, beauté, toute forme en est un ;
L’homme à ces spectres vains prête un corps qu’il invente.

Ému, je ne sais rien de la cause émouvante :
C’est moi-même ébloui que j’ai nommé le ciel,
Et je ne sens pas bien ce que j’ai de réel.

Voter pour ce poème!

Si vous ne laissez pas un commentaire, vous allez finir comme le poète oublié Du Bellay !

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments