dans

Présence, péril

Ta promesse te conduit

jusqu’aux preuves serviles

de ton identité, miroir d’un faux partage.

Échappe-toi,

ne réponds à personne,

dépasse l’avenir de tes incertitudes,

multiplie-toi, égare-toi,

n’insiste pas, au seuil de ta présence,

sur les mots qui séduisent

ta mémoire inutile.

Il pleut, vois-tu, ce matin referme-toi sur ton vertige, ne résous rien, n’appelle pas, égare-toi dans les voyelles où fourmillèrent les temps morts.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments