à la rencontre des prophètes du passé,

Pour  Camille Claudel qui rencontra un  grand homme, la thyroïde nourrit son thymus comme la passion nourrit la vie à deux.

Jouant un rôle fondamental dans sa façon de se comporter, Jim Morrison resta vulnérable aux mauvaises influences qui manquent de respect.

Rainer Maria Rilke décrivait un monde où la prudence n’est pas raisonnable si on s’attend à y être traité en beau diable.

Pendant que Walt Disney avait repris à son compte des légendes enfantines, Fritz Lang battait la campagne en travelling, à la recherche d’un point où se fixer quelque part sans y rester trop longtemps !

Dynamique et passionnée, Frida Kalho s’était spécialisée dans l’élargissement de sa personnalité en auto-portrait.

Avec une fleur sortant de sa bouche, Robert Desnos libéra la parole, gage de répétitions inutiles.

Jack Kérouac, pendant ce temps là, s’était engagé dans la voie vagabonde qui débute là où se termine le sentiment de bien-être chez soi.

“C’est la bouche qui garde un trésor” se persuadait Erik Satie en fredonnant un air de liberté.

Olivier Messiaen était marqué par cet influx céleste descendant en trois rayons sur sa musique lumineuse.

Et c’est en tirant sur les feuilles que tous ces artistes espèrent faire pousser plus vite les plantes !

 

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Champ de Bataille Napoléonienne…

Bienvenue et adieu