Pauvre peintre aveuglé

Sonner XXIV.

Pauvre peintre aveuglé, qu’est-ce que tu tracasses
A ce petit portrait où tu perds ton latin,
Essayant d’égaler de ton blanc argentin
Ou du vermeil, le lys et l’oeillet de sa face ?

Ce fat est amoureux, et veut gagner ma place.
Il lui peint pour le front, la bouche et le tétin.
Sors de là, mon ami, je suis un peu mutin :
Madame, excusez-moi, car j’y ai bonne grâce

Ces coquins n’ont crayons à vos couleurs pareils
Ni blanc si blanc que vous, ni vermeil si vermeil.
Tout ce qui est mortel s’imite, mais au reste

Les peintres n’ont de quoi représenter les dieux,
Mais j’ai déjà choisi dans le trésor des Cieux
Un céleste crayon pour peindre le céleste.

Voter pour ce poème!

Théodore Agrippa d'Aubigné Apprenti Poète

Par Théodore Agrippa d'Aubigné

Théodore Agrippa d’Aubigné, né le 8 février 1552 au château de Saint-Maury près de Pons, en Saintonge, et mort le 9 mai 1630 à Genève, est un homme de guerre, un écrivain controversiste et poète baroque français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Laissez un peu de votre âme dans nos vers. Votre commentaire compte.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Par ses yeux conquerans fust tristement ravie

Pressé de désespoir