Envoi a Tous les Hommes de Lettres et Artistes

Je suis un

Bourgeois bourgeoisant, désirant, libéral et
socialiste,

L’embourgeoisement final et irrévocable des

Couches
Profondes. (Tout le monde fonctionnaire, tout le monde velu d’habits
bourgeois
Vivant bourgeoisement, dans les immeubles construits en style bourgeois) —
Allons enfants de la

Patrie, les temps approchent!

Donc fini, l’Art! finie la

Religion! (Soyons civilisés, que diable) !

Assez de ces sottises, vous dis-je;

Et l’Art, d’abord, qui est-ce qui comprend ça, au jour d’aujourd’hui?
J’aime justement — vous ne m’empêcherez pas de les acheter—

Ces objets d’art que vous tournez en ridicule.

J’aime tout ce qui est solide.

Cossu, parvenu, criard et riche.

O la beauté de tout ce qui est riche !
Apprenez donc, tristes gueux, que je ne suis pas votre confrère,
Car je suis un homme

Riche et

Vertueux, et j’écris ce que je
veux écrire;

Je ne consulte que mon goût,

Et quand ça me dégoûte,

Je ne prends même pas la peine

De mettre un point.
Apprenez que je paie pour me faire éditer,

Et que du

Public je me fous

Car l’Amateur je suis,

Aimé de la

Postérité porteuse-dc-couronnes-à-domicile.

Valery Larbaud
Art
Condition humaine

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments