solitude en plénitude

Solitude,

 

peu à peu, elle se solidifie
ne laisse échapper, aucun cri,
dans l’extrême limite des soucis,
pas à pas va se perdre, même l’oubli,

bien sûr des fois, se disent des mots
par manque, par habitude, l’écho
renvoie le plus étrange des halos :
« une image inversée de l’ego »,

ou, finissant tout son soliloque,
la pensée rapiécée, telle une loque,
essaie de paraître ; quand s’évoque
le temps jadis, de larmes suffoque,

si la folie crie d’hébétude
si la peur perd les aptitudes,
si la colère sert l’ingratitude
seule l’âme admet sa solitude…

 

 

Voter pour ce poème!

Nous vous en supplions, donnez-nous votre avis sur ce poème! Nous avons besoin de votre sagacité pour nous éclairer!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments