Marche des perturbations

Une robuste foudre en menace sur le front le plus intouchable du monde en toi toute la lumière veuve des crépuscules des cités poignardées par les oiseaux alentour

Et prends garde au corbeau qui ne vole pas c’est ma tête qui s’est extraite du poteau mi tan de mes épaules en poussant un vieux cri arracheur d’entrailles et d’abreuvoirs

Ornières ornières lait doux brasier de flambes et d’euphorbes

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments