Les cravaches

Moi je suis la cravache

Qui tue le mois d’avril ;

Il était trop subtil :

Ses poumons, qu’il les crache !

Je proclame le règne
De la terreur.
Azur,
Qui te croyais trop sûr,
Je te gifle, et tu saignes.

Je crée le feu.
J’engage
Ces rochers fantassins.
Je t’arrache les seins.
Femme ouverte à l’orage.

Je frappe.
Je châtie
Cet océan qui bout.
Forêts vierges, debout :
Je vous change en ortie.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Ein grab in der luft

Philis, les yeux en pleurs et le coeur en tristesse