Comme ces villes

Comme ces villes percluses d’éternité

Cités enduites de sables

qui masquent et perpétuent

l’insondable existence

de tant de peuples éteints

Nos vies s’apaiseront

La mort amortissant

leurs stridences

leurs affres et leurs jubilations

L’avenir paraphera de quelques signes de quelques légendes tous nos destins enfouis

Puis la mémoire se fragmentant égrènera de fragiles souvenirs entraînés vers l’océan des temps abolis.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments