Des vivants et des morts

Nos morts

Se plaquent sans trace contre nos vitres

Gémissent sans voix dans nos accents

Oscillent

dans la frileuse poursuite

de leur chair abolie

Leurs cœurs s’endeuillent de la terre

Leurs mains se tendent vers nos lueurs

Le spectre de leurs bras cherche à nous retenir

Mais nos pas de vivants

déferlent sans leur escorte

Nos vies

survivent à leurs plaintes

Nos heures

consument leurs contours

Quelques images se souviennent

Les ravivant parfois d’une brève flambée!

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Depuis six mille ans la guerre

Le fou