Piratininga

Quand on franchit la crête de la

Serra et qu’on est sorti des brouillards qui l’encapuchonnent le pays devient moins inégal
Il finit par n’être plus qu’un vaste plateau ondulé borné au nord par des montagnes bleues
La terre est rouge
Ce plateau offre des petits bouquets de bois peu élevés d’une étendue peu considérable très rapprochés les uns des autres qui souvent se touchent par quelque point

et sont disséminés au milieu d’une pelouse presque rase
Il est difficile de déterminer s’il y a plus de terrain couvert de bois qu’il n’y en a de pâturages
Cela fait une sorte de marqueterie de deux nuances de vert bien différentes et bien tranchées
Celle de l’herbe d’une couleur tendre
Celle des bois d’une teinte foncée

Blaise Cendrars

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments