L’Aboma

Du pied des sommets bleus, làbas, dans le ciel clair,
Épandu sur les lacs, les forêts et les plaines,
Le vaste fleuve, enflé de cent rivières pleines,
S’en va vers l’orient du monde et vers la mer.

L’or fluide du jour jaillit en gerbes vives,
Monte, s’épanouit, retombe, et, ruisselant
Comme un rose incendie au fleuve étincelant,
Semble le dilater audessus de ses rives.

Sous les palétuviers visqueux, aux longs arceaux,
Dans l’enchevêtrement aigu des herbes grasses,
Tourbillonne l’essaim des moustiques voraces
Et des mouches dont l’aile égratigne les eaux.

L’ara vêtu de pourpre éveille les reptiles,
Crotales et corails, agacés de ses cris,
Et qui bercent le nid grêle des colibris
Par l’ondulation de leurs fuites subtiles.

Au loin, à l’horizon des pacages herbeux,
Où la brume en flocons transparents s’évapore,
Passent, aiguillonnés des flèches de l’aurore,
Des troupeaux d’étalons sauvages et de boeufs.

Ils courent, les uns fiers et joyeux, l’oeil farouche,
Crins hérissés, la queue au vent, et par milliers
Martelant bonds sur bonds les déserts familiers,
Et ceuxci, mufle en terre et la bave à la bouche.

Les caïmans, le long des berges embusqués,
Guettent, en soulevant du dos la vase noire,
Le jaguar qui descend au fleuve pour y boire
Et qui hume dans l’air leurs effluves musqués.

Mais sur l’îlot moussu que la rosée imbibe,
Par les vagues rumeurs troublé dans son sommeil,
Se déroule, haussant sa spirale au soleil,
Le vieux roi des pythons, l’Aboma caraïbe.

La mâle torsion de ses muscles d’acier
Soutient le col superbe et la tête squameuse ;
Sa queue en longs frissons fouette l’onde écumeuse ;
Il se dresse du haut de son orgueil princier.

Armuré de topaze et casqué d’émeraude,
Comme une idole antique immobile en ses noeuds,
Tel, baigné de lumière, il rêve, dédaigneux
Et splendide, et dardant sa prunelle qui rôde.

Puis, quand l’ardeur céleste enveloppe à la fois
Les nappes d’eau torride et la terre enflammée,
Il plonge, et va chercher sa proie accoutumée,
Le taureau, le jaguar, ou l’homme, au fond des bois.

Poèmes tragiques

Voter pour ce poème!

Charles-Marie Leconte De Lisle Apprenti Poète

Par Charles-Marie Leconte De Lisle

Leconte de Lisle est un poète français, né le 22 octobre 1818 à Saint-Paul sur l'île de la Réunion et mort le 17 juillet 1894 à Voisins. Leconte de Lisle est le nom de famille du poète.

Poemes Charles-Marie Leconte De Lisle - Découvrez les œuvres poétiques de Charles-Marie Leconte De Lisle

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Dans notre ruche de poètes, chaque commentaire est une goutte de miel. Soyez doux.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Le Voyageur et Son Ombre

A Madame D. G. de G.