Moine doux

Il est des moines doux avec des traits si calmes,
Qu’on ornerait leurs mains de roses et de palmes,

Qu’on formerait, pour le porter audessus d’eux,
Un dais pâlement bleu comme le bleu des cieux,

Et pour leurs pas foulant les plaines de la vie,
Une route d’argent d’un chemin d’or suivie.

Et par les lacs, le long des eaux, ils s’en iraient,
Comme un cortège blanc de lys qui marcheraient.

Ces moines, dont l’esprit jette un reflet de cierge,
Sont les amants naïfs de la Très Sainte Vierge,

Ils sont ses enflammés qui vont La proclamant
Etoile de la mer et feu du firmament,

Qui jettent dans les vents la voix de ses louanges,
Avec des lèvres d’or comme le choeur des anges,

Qui l’ont priée avec des voeux si dévorants
Et des coeurs si brûlés qu’ils en ont les yeux grands,

Qui la servent enfin dans de telles délices,
Qu’ils tremperaient leur foi dans le feu des supplices,

Et qu’Elle, un soir d’amour, pour les récompenser,
Donne aux plus saints d’entre eux son Jésus à baiser.

Les moines

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments